Parce que tout ne se vaut pas…

Pre-print A&E n°253-254 : juillet 2016

Cet entretien trouve sa place dans un numéro de la revue dont le dossier est consacré à l’EMI, éducation aux médias et à l’information, domaine d’enseignement nouvellement inscrit dans les programmes de l’éducation nationale.

(Pour aller plus loin : à l’occasion du congrès de la FADBEN, j’ai pu contribuer à identifier les acteurs de l’EMI sur le Web, mais c’est une autre histoire…)

La demande qui m’était faite concernait le lien entre éducation aux médias et écriture numérique. Je tenais à en profiter pour pointer des enjeux relevant d’une approche critique des usages à observer ainsi que ceux à possiblement développer chez les élèves. Vous trouverez donc ci-dessous l’intégralité de mes propos.

Animation & Education : Vos recherches portent principalement sur les pratiques d’écriture adolescentes et sur leurs usages des médias contemporains. Sur quels types de pratiques portent plus spécifiquement vos travaux ?

Élisabeth Schneider : Je m’intéresse aux pratiques d’écriture en ligne et hors ligne (écriture sur papier). Les pratiques en ligne sont souvent dans la continuité des pratiques hors ligne : on écrit sur papier, puis on numérise ou scannérise… On produit sur un support numérique, puis on l’imprime, etc. Ce qui m’intéresse, c’est la continuité de l’écriture quel que soit son support, ce qui permet de repérer les pratiques hybrides.

Les pratiques d’écriture des adolescents sont de 3 types :

  • Pratique de communication (interagir avec les autres)
  • Pratique d’élaboration de contenu (rédiger un billet sur un blog, commenter un article, créer une fanfiction(1))
  • Pratique de description de contenu chaque fois que l’on va signaler un contenu, le classer avec des « tags », affecter un mot-clé, mettre un hastag. C’est une pratique d’écriture qui a une finalité différente des deux autres.

Ces pratiques sont très corrélées aujourd’hui avec le multimédia : articulation écrit et image, texte et vidéo ou son.

A&E : Mais ces pratiques ne sont pas propres aux adolescents, elles concernent également les adultes ?

E.S. : Exactement, sauf que l’on va repérer des activités plus spécifiques des adolescents sur certaines plates-formes ou dans leur finalité. Par exemple, dans les pratiques dites de communication, comme les adolescents sont à un stade de développement particulier, ils vont y intégrer toute une expérimentation émotionnelle, relationnelle (comment écrire à une fille ? Comment travailler ma « e.reputation » dans la façon dont je me présente ?).

On peut constater, par exemple, que certaines plates-formes de Fanfiction sont plus investies par des adolescents. C’est le cas de Wattpad.

La distinction « pratique adultes – pratique ados » repose entre autres sur la question des compétences. En fonction de la richesse des pratiques culturelles, du niveau de compétences en lecture écriture, là, on va voir émerger des spécificités adolescentes.

A&E : Que nous apprennent ces pratiques d’écriture numérique sur les adolescents ?

E.S. : Les adolescents ont une présence en ligne extrêmement diffuse : ils vont disséminer beaucoup d’écrits sur des quantités de plates-formes dont certaines qu’ils vont investir et sur lesquelles ils vont revenir de façon très régulière. L’engagement se fait en fonction des goûts, des pratiques culturelles et des compétences.

Certains de mes étudiants de master 2 mènent des enquêtes sur l’élaboration par les adolescents de Fanfiction. On aurait pu penser que cette pratique était réservée à des jeunes avec un capital scolaire et social élevé or ce sont des pratiques qui se diffusent et touchent des jeunes de milieux très divers, défavorisés ou non, urbains ou ruraux, pas forcément lecteurs. Culturellement, on aurait tendance à penser que ce sont les bons lecteurs -au sens scolaire du terme- qui écrivent or, les études sur les fanfictions contredisent cette idée.

Autres pratiques dominantes chez les jeunes : le partage et le commentaire.

L’analyse des pratiques d’écriture des jeunes nous apprend également que l’écriture numérique est vraiment l’outil contemporain des adolescents pour rentrer dans des formes de socialisation très actuelles. Là où le collectif humain dans la vie réelle est parfois devenu difficile à approcher, l’échange en ligne va permettre d’expérimenter ce lien social.

Parallèlement, c’est aussi grâce à ces pratiques d’écriture numérique que les jeunes vont découvrir des objets culturels qui sortent des sentiers battus. Pour reprendre l’exemple de la Fanfiction, beaucoup de jeunes s’inscrivent sur des plates-formes comme Wattpad ou suivent des chaînes de Booktube, ce qui va leur permettre de se constituer un réseau d’amis lecteurs et auteurs de textes, ils vont se mettre à en lire, suivre d’autres gens qui vont produire d’autres textes, etc. Ils vont chercher des textes et des productions plus originales sortant des sentiers battus.

A&E : Pourquoi est-il important, urgent, nécessaire ou pas de former les enseignants et les jeunes aux pratiques d’écriture numérique ?

E.S. : On s’aperçoit qu’il y a une facilité des outils aujourd’hui, une multiplicité de plates-formes qui permet, paradoxalement, des développements d’usages assez restreints. Ce sont pour la plupart des outils commerciaux dont l’objectif est de gagner de l’argent et qui gagnent cet argent très facilement puisque ce sont les jeunes qui produisent la matière première gratuitement. Ces plates-formes ont des contrats avec d’autres plates-formes, des maisons d’éditions et répondent à une logique financière. Ce sont des plates-formes qui vont les faire écrire d’une manière relativement stéréotypée, répétitive car cela doit plaire, être repéré, il faut être populaire, remporter des niveaux, avoir des « j’aime », des badges, etc. C’est un encouragement à la pratique stéréotypée. Ce qui compte, c’est la logique du chiffre (pouvoir comptabiliser le nombre de vues, de j’aime) et l’on suscite un engagement qui est sur un mode industriel. Les jeunes sont assez démunis face à ces démarches commerciales. Ce n’est pas la même chose que quand un jeune va produire une fanfiction sur une plate-forme libre, ou un contenu destiné à une webradio ou à un journal scolaire en ligne ou papier. Enseignants, éducateurs, adultes doivent être vigilants sur le fait que tout type d’écriture en ligne ne se vaut pas, publier en ligne n’est pas forcément émancipateur pour le jeune et ne provoque pas toujours un accroissement de compétences. Des travaux exploratoires sur le rapport au numérique montrent que ce sont les jeunes possédant des compétences fragiles qui vont se retrouver à produire sur des plates-formes à usage restreint sur lesquelles écrire non seulement ne sert à rien mais apparaît comme un enfermement.

A&E : L’enjeu serait là, l’éducation aux médias serait prétexte à former réellement aux pratiques d’écriture numérique afin que le jeune puisse être conscient de ces pratiques d’enfermement et porte un regard critique ?

E.S. : Exactement. Pour moi, le lien entre écriture et éducation aux médias est évident dans la mesure où quand on écrit en ligne on participe au flux médiatique. Les jeunes ont l’impression qu’ils contribuent réellement puisque les contributions sont quantifiées. Mais la question est : comment je contribue de manière qualitative ? Est-ce que mes écrits me permettent de prendre ma place de citoyen ? Depuis très longtemps, les enseignants font produire, font écrire car cela permet de comprendre. C’est quand on participe à la production d’un journal scolaire que l’on rédige un article, que l’on se pose les questions de logique éditoriale, de contrainte du nombre de mots, de la cible… Cette éducation avec les médias permet aux jeunes de ne pas se positionner seulement comme utilisateur de plate-forme mais d’adopter aussi une attitude critique. Des études empiriques montrent d’ailleurs que ce sont les élèves qui ont développé les compétences sur papier qui sont les plus affûtés.

Il est essentiel d’accompagner les jeunes dans l’élaboration du contenu, leur apprendre à en écrire, à en lire, à mobiliser et repérer les sources… Il est également important d’éveiller leur intérêt à la question de l’hypertexte (liens qui nous emmènent sur d’autres textes, d’autres liens, etc.) qui est liée à celle de l’attention (difficulté d’une concentration longue pour lire et écrire en ligne). Enfin, les nouveaux programmes parlent de l’Education aux Médias ET à l’Information et il ne faut donc pas oublier de les sensibiliser à l’information scientifique qui présente les mêmes problématiques que l’information journalistique. L’enjeu est de montrer aux jeunes que si notre environnement numérique offre une diversité de plates-formes et de moyens d’information, tout ne se vaut pas !

Interview Marie-France Rachédi

  1. Elle est également Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication Unicaen – Normandie Université – ESO UMR 6590 Responsable du parcours professeur-documentaliste.
  2. Histoire inventée et écrite par un fan s’inspirant d’une œuvre existante, reprenant l’univers et les personnages.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *