Les ados dans le cyberespace, Catherine Blaya

Je décide de publier cette recension écrite il y a deux ans parce que l’ouvrage de Catherine Blaya reste une référence en ce qui concerne l’état des lieux des recherches sur le cyberharcèlement.

Les ados dans le Cyberespace, Catherine Blaya, De Boeck, 2013.

L’auteur est chercheuse en sciences de l’éducation et directrice de recherches sur les questions de violence à l’école. Elle a entre autre participé au volet français de la grande étude européenne sur les pratiques en ligne des jeunes, dirigée par Sonia Livingstone, EU Kids on line1. Ses travaux en relation avec ceux d’Eric Debarbieux2 sont actuellement au cœur de la campagne lancée par Vincent Peillon sur la violence à l’école. Le dossier du ministère s’appuie ainsi pour le volet « prévention de la cyberviolence » précisément sur les travaux de C. Blaya3.

Le titre choisi  pour ce livre Les ados dans le cyberespace : Prises de risques et cyberviolence, situe clairement le cadre de l’ouvrage. Même si les pratiques numériques dans leur ensemble font l’objet d’une revue dans la première partie 1, c’est bien la question de la violence, en particulier entre les jeunes, dans leurs relations outillées par le numérique, qui est posée, même si la comparaison avec la violence hors-ligne est objet d’investigations . Le terme de cyberespace peut surprendre parce qu’il semblait ne plus être fréquemment utilisé pour désigner l’espace de l’environnement numérique. C. Blaya nous précise dans son introduction qu’il s’agit là de la référence à un ouvrage de science fiction, Neuromancien (1984) et permet de désigner « l’espace de tous les possibles » d’un point de vue relationnel et mis en œuvre par les outils du computationnel4.

L’introduction pose quelques éléments de la vie en ligne et du monde virtuel, « extension de la vie réelle ». Les adolescents, dans ce cadre, sont désignés comme « digital natives » et « natifs numériques » (p. 9), mode de désignation aujourd’hui contesté, qui permet d’inscrire ici leurs pratiques au désarroi et de l’inquiétude des adultes mais aussi de la prise de conscience au rythme des faits divers qui nous sont relatés dans l’ouvrage.

De manière liminaire, l’auteur a précisé la perspective choisie. Il s’agit de faire la synthèse de la littérature scientifique et de l’enrichir par les résultats de ses propres recherches. Nous avons ainsi un ouvrage qui rend compte d’enquêtes à des échelles diverses : régionales, nationales et internationales, de distinctions notionnelles, de description des phénomènes et des processus, tous éléments qui permettent leur prise en compte dans la recherche et l’action publique.

Les notions les plus travaillées sont le harcèlement, le cyberharcèlement, la cyberviolence et leurs déclinaisons. Nous y reviendrons.

L’ouvrage est composé de quatre grandes parties : 1. le monde digital des jeunes, 2. nature et prévalence de la cyberviolence et du cyberharcèlement, 3. cyberviolence et conséquences, 4. préventions et interventions contre la cyberviolence et le cyberharcèlement . Celles-ci sont suivies d’annexes, de références bibliographiques et d’une table des matières détaillée. Ces éléments sont essentiels pour un ouvrage qui sera un outil pour des recherches ultérieures.

La description du « monde digital des ados » s’appuie sur bon nombre d’enquêtes en sociologie de la jeunesse ou des médias : Krendens et Fontar (2010), Octobre (2006) mais aussi Elison (2009) et Jenkins (2006). Les adolescents sont ainsi caractérisés comme de grands utilisateurs d’internet, de téléphones portables, d’ outils de publication en ligne et de réseaux sociaux numériques. Le panorama dressé fait état des pratiques de jeux numériques jusqu’aux réseaux sociaux numériques tels que Facebook en passant par les pratiques de fans en ligne qui permettent le développement actuel du transmedia. La sociologie de l’école et les études d’usages en contexte éducatif montrent des évolutions dans les formes de socialisation, d’acculturation des jeunes et la part que le numérique y prend.

Rapidement, c’est bien la dangerosité éventuelle de ces pratiques qui est abordée. Nous entrons alors dans le vif du sujet, à savoir la question de la violence interreliée aux pratiques numériques. L’auteur fait la synthèse de la littérature scientifique sur ce sujet, celle aussi des méthodologies et des cadres de pertinence des recherches à diverses échelles : locales, nationales, européennes et mondiales mais aussi des enquêtes statistiques systématiques et d’autres plus exploratoires. Au fil des quatre parties que compte le livre, on peut considérer à la suite de l’auteur certains points comme acquis.

Premièrement, l’analyse des protocoles d’enquêtes, des questionnaires, de leur formulation et des conditions de la passation ainsi que des termes utilisés pour désigner les phénomènes, les pratiques et les acteurs, sont nécessaires bien que difficiles pour identifier les réels points de comparaison et les aspects prégnants. Ainsi, C. Blaya passe au crible les enquêtes menées en Amérique du Sud, en Asie, en Europe, et elle montre que la plupart ne mettent pas en évidence la spécificité du cyberharcèlement et de la cyberviolence qu’elle définit, ainsi que les pratiques associés qui constituent un inventaire inquiétant, par les termes de : sexting, happyslapping, bifflage, etc. (p.48-81). Par ailleurs, l’étude de la diversité des populations interrogées permet de repérer quelques éléments récurrents, d’autres plus nuancés comme la part du genre, et les particularismes nationaux.

Deuxièmement et de manière conjointe, elle pose la pertinence d’un modèle d’analyse multifactoriel pour comprendre: le clivage agresseur/victime par exemple est trop réducteur. Pour l’analyse, l’auteur distingue ce qui relève de l’agresseur, de la victime et des relations entre les deux. Ainsi, les dimensions psychologiques telles que l’empathie et l’estime de soi apparaissent comme entrant en ligne de compte dans des comportements de cyberviolence, et la manière dont on y réagit. Ces dimensions varient parce qu’elles mettent en jeu des représentations liées aux contextes culturels. Le rapprochement fait avec la violence traditionnelle – hors-ligne – confirme des éléments de corrélation, comme la faible estime de soi des victimes et des agresseurs. L’intérêt de l’ouvrage réside dans la richesse des enquêtes présentées tant d’un point de vue méthodologique que des résultats et dans la bibliographie nourrie. L’organisation parfois peu pertinente des données dans les tableaux, la complexité de certains critères statistiques dont la compréhension échappent au lecteur qui n’a pas accès à l’ensemble de l’enquête et rend parfois les données peu lisibles.

Troisièmement, un aspect qui apparaît à plusieurs reprises dans l’ouvrage et mériterait une attention spécifique dans des recherches ultérieures, est l’usage du téléphone portable, du « mobile », comme l’outil le plus utilisé et donnant lieu aux pratiques les plus invasives et dommageables. En effet, dans le cas de l’envoi de SMS, la dimension personnelle de l’objet, toujours avec soi, semble un facteur aggravant des atteintes à l’intégrité morale et affective des jeunes.

Quatrièmement, les programmes de recherches pour la compréhension des processus et pour la prévention sont d’ampleurs diverses selon les politiques nationales. La cyberviolence pose la question des lois, encore peu adaptées, et des partenariats école/justice/police/parents qui ne connaissent que rarement des mises en œuvre effectives. Certains projets tels que COST ISO8015 mettent en valeur l’efficience de partenariats multiples et sur le long terme.

De manière obligée, certaines dimensions ne sont pas investiguées avec la même attention. Nous en retiendrons deux qui permettent à notre sens de poursuivre la réflexion ouverte par l’auteur. En premier lieu, le regard porté est celui des sciences de l’éducation qui, sur ces questions d’outillage et de médiation de soi par la technique, auraient tout intérêt à s’appuyer plus clairement sur des apports en sciences de l’information et de la communication. Non pas seulement pour en retirer quelques conclusions sur les pratiques des jeunes qui relèvent davantage de la sociologie mais bien plutôt sur les catégories qui aident à penser les usages du numérique. D’une part, les enquêtes qualitatives menées ces dernières années en SIC et en sociologie des usages montrent que la vie réelle est tramée de numérique, elle ne se juxtapose pas à une vie en ligne comme cela est parfois sous-entendu : « la cyberviolence a beau être perpétrée dans un monde virtuel » (p.204). D’autre part, les logiques industrielles et commerciales à l’œuvre sur internet et les plates-formes de service ne sont pas perçues dans leur dimension technique : elles peuvent contraindre les usages par des formes spécifiques de mise en relation entre les individus (Ertzscheid, 2008). En particulier, la question des logiques affinitaires à l’œuvre sur les réseaux, la prégnance des logiques de popularité et de recommandation sont des aspects essentiels de l’accès aux réseaux et des modes de publication des données personnelles.

Les espaces numériques ne sont pas de même nature sociale et culturelle, parfois technique selon les continents. Les dispositifs techniques qui permettent la mise en relation ont des fonctionnalités différentes et sont appropriés dans des contextes culturels spécifiques qui modifient ainsi les formes d’interaction. Cet aspect reste dans l’ouvrage un impensé.

Par ailleurs, les travaux sur la publication, la captation des données et la manière dont les dispositifs socio-techniques numériques renouvellent notre conception de l’identité humaine – en l’occurrence, il s’agit de l’identité adolescente en construction – permettent de peser combien les phénomènes de violence peuvent y être reliés (Merzeau, 2012).

Ces aspects, à la fois, enrichiraient le tableau des pratiques numériques des jeunes (dont la variété des âges dans les enquêtes interroge quant à la pertinence des comparaisons) et auraient permis de dépasser des propositions de prévention ou de remédiation dont on sait qu’elles sont un leurre : solliciter des entreprises pour nettoyer les données (p.198), « réfléchir à deux fois avant de déposer une photo » (p.200).

Deuxièmement, et l’on touche encore là probablement à la limite des enquêtes quantitatives surtout quand il s’agit de les comparer, écueil qu’affronte l’auteur. La violence touche les jeunes dans ce qu’ils ont de plus intime et la conclusion en est parfois dramatique : C. Blaya a dans ce sens émaillé son propos de cas d’individus précis apparus probablement au fil des enquêtes, souvent relayés par les médias. Ces individus jouent le rôle de lanceurs d’alertes : ils permettent des prises de conscience dans les différents pays mais ils construisent une certaine représentation de la violence en ligne. Cela contribue à le construire comme fait de société mais son drame réside aussi dans son invisibilité et sa quotidienneté dont seules des enquêtes qualitatives, de type ethnographique pourraient rendre compte.

L’abondante bibliographie ainsi que les analyses conduites montrent l’ambition de l’ouvrage qui parcourt l’ensemble des aspects des recherches sur la question : définitions, critiques méthodologiques, conclusions des enquêtes, pistes de prévention et tout cela à l’échelle internationale. L’implication reconnue de Mme Blaya dans ces recherches ne peut qu’ajouter à l’intérêt porté au travail réalisé puisqu’elle permet ainsi de mesurer l’articulation ou la traduction de ces recherches internationales dans le contexte français dont on voit bien qu’elles sont à leur début en matière d’opérationnalisation pour les acteurs, les jeunes premièrement.

Un regret concernant le travail éditorial : de nombreuses coquilles orthographiques et syntaxiques.

Références bibliographiques

Ertzscheid O., (2006), « Liens affinitaires et réputation générationnelle », Affordance.info [carnet de recherche]. ISSN 2260-1856. [En ligne]

http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2006/10/liens_affinitai.html , consulté le 9 décembre 2013.

Livingstone, Hadon, Görzig, Ölafsson (2011), Risks and safety on the internet : The perspective of european Children. Full Findings and policy implications from the EU Kids Online survey of 9-16 year olds and their parents in 25 countries http://www.lse.ac.uk/media@lse/research/EUKidsOnline/EU%20Kids%20II%20%282009-11%29/EUKidsOnlineIIReports/D4FullFindings.pdf

Merzeau L., (2012), « La médiation identitaire », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 1 | 2012, mis en ligne le 26/09/2012, [En ligne] http://rfsic.revues.org/193

1 LIVINGSTONE S., HADDON L., (2009), Children, risk and safety on the internet, The policy Press, 171p., Accessible en ligne: http://www2.cnrs.fr/sites/en/fichier/rapport_english.pdf

2 Ils sont co-fondateurs de l’Observatoire de la violence scolaire.

3 Pdf du dossier, en ligne : http://multimedia.education.gouv.fr/2013_harcelement_dossier_presentation/

4 Ce terme n’est pas utilisé par l’auteur : elle s’attache en fait aux fonctionnalités des interfaces numériques.

5 « COST ISO801: Cyberbullying: coping with negative and enhancing positive uses of new technologies, in relationships in educational settings ». Accessible en ligne : https://sites.google.com/site/costis0801/. Ce programme a pour mission de partager l’expertise européenne sur les questions de violence en ligne et de diffuser des guides de prévention et de formation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *