Commencements… in media res

Mon travail de thèse tend à mettre en évidence une écriture polytopique, caractéristique des écritures contemporaines à partir de l’observation des usages de l’écriture des adolescents, qu’il s’agisse de SMS, de notes de cours, de journaux intimes ou de commentaires sur Facebook.

Pour débuter ce carnet, plutôt que d’expliquer mon travail de recherche et de définir d’entrée de jeu cette polytopie scripturale, pourquoi ne pas se risquer à un premier inventaire d’écrits, éclectique, partiel et hétéroclite?

L’écriture et plus largement la littératie trament notre vie relationnelle mais aussi individuelle qu’il s’agisse d’écrits ordinaires et extraordinaires, des listes de courses aux pages enluminées, les premières pouvant revêtir une fonction esthétique, les secondes parfois reléguées à illustrer des agendas produits à l’échelle industrielle. Les écrits circulent, sont transformés, sont numérisés, imprimés, découpés, réutilisés élaborant de nouveaux écrits mais aussi construisant des réseaux complexes de significations pour celui qui les produit, les fait circuler, et/ou les regarde  avant de les inscrire dans un processus d’éditorialisation peut-être. La proposition faite aujourd’hui est celle d’un tableau sur Pinterest que j’ai constitué à partir de quelques recherches. Intitulé « Writing », il comporte des « épingles » variées, ici des écrits collectés: tableaux d’organisation personnelle, mind map, écriture urbaine fictive sur les voitures du métro, journal papier mais à la dimension esthétique volontairement travaillée, matrice d’écrits scolaires, documents historiques au papier jauni, objets, tissu, etc. Cet inventaire se donne à voir comme une forme d’écriture d’une collecte mais suggère aussi le gisement d’écrits à partir duquel on pourrait constituer un corpus pour observer les écrits contemporains, leurs usages, leur mise en réseau.

Ces variations en littératie soulèvent déjà un grand nombre de questions. J’en noterai pour l’instant 4:

  • Pourquoi faire des « tableaux », que l’on nommera autrement sur d’autres sites de curation, dans quelles activités s’inscrivent ces collectes d’écrits? Même si on peut a priori en dégager quelques unes – fabriquer du matériau pour soi pour plus tard, partager ce qu’on aime, faire une collection- qu’est-ce que cela révèle d’un rapport à l’écrit dans notre société?
  • Comment cela fait-il évoluer notre conception de la littératie? ou des littératies? Peut-on déplier les usages en les distinguant par les formes de littératie numérique, de littératie informationnelle, de littératie médiatique? Comment peut-on les articuler à des figures d’usager de l’écrit de manière globale?
  • Collecter des écrits et les publiciser, c’est écrire, donner à lire, lire soi-même: en quoi les processus identitaires en sont affectés?
  • Quel est le point de vue le plus pertinent pour observer ces usages? Quelles en seraient les pistes méthodologiques?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *